La Lamproie

 

Sorte de serpent hybride de poisson et d'anguille, la lamproie est un vertébré qui n'a pas de colonne vertébrale osseuse, pas de machoires, pas d'écailles, pas de nageoires latérales.... Par contre, énorme singularité, elle possède une bouche circulaire garnie de dents, qui fonctionne comme une ventouse ! .

Il existe 2 variétés : la lamproie marine (60 à 80 cm pour 700 à 900 g - vie : 8 ans) et la lamproie fluviatile (25 à 40 cm pour environ 60g - vie : 7 ans) .
        L'accouplement se fait en mai - juin, en moyenne rivière, dans un "nid" formé dans un banc de graviers peu profond ; la lamproie meurt ensuite.
        Les oeufs éclosent environ 5 jours après, les larves s'enfouissent dans les sédiments et il leur faudra attendre l'été de la 5ième année pour se transformer en petites lamproies qui se laisseront porter par les cours d'eau pour atteindre la mer en automne ou hiver de la même année.
        En mer ce vertébré se déplace fixé par sa ventouse sur un poisson support (saumon, morue, alose ...) dont il suce le sang et la chair après avoir raclé les écailles !
       Après 2 années passées en mer à grossir, la lamproie revient vers l'estuaire à partir de décembre pour boucler le cycle de la vie et de la mort


image crdp - collection bardou


image crdp - collection bardou

La lamproie marine adulte arrive dans l'estuaire de la Gironde à partir de décembre, remontant vers la moyenne rivière pour frayer en mai.
C'est à ce moment là qu'on la pêche, au tramail dérivant
La fête de la lamproie a lieu au mois d'avril, qui donne lieu à une pêche abondante où se côtoient délices de la rivière et merveilles des vignobles.

 

La cuisine

Considérée comme un mets de choix dès le moyen âge, la lamproie a une chair grasse, totalement dépourvue d'arêtes, plus délicate et plus raffinée que celle de l'anguille
Si on passe outre sa gueule répugnante et son toucher gluant, on peut la griller, la cuire en matelote ou en pâté, en faire des conserves ... grand avantage lorsque la saison - entre le 1er janvier et le 15 mai - est terminée.
La grande recette régionale est évidemment "à la bordelaise" : sorte de matelote au vieux bordeaux, avec blancs de poireaux, et liée avec le sang de la " bête " qui doit alors bien sur être achetée vivante pour être saignée !!!!
On s'en remettra en accompagnant le plat d'un bon bordeaux rouge généreux et tanique...