Le vapeur Garonne
(documentation crdp bordeaux - collection bardou)


Bateau construit en 1818 par les frères Chaigneau à la demande du consul américain résidant à Lorient pour transporter quotidiennement les voyageurs de Bordeaux à Langon et Macau.
Le bateau a la forme d'un petit navire, sans voiles et sans rames, et navigue au moyen de deux roues à pelles placées au centre, à l'extérieur, et qui sont mises en mouvement grâce à une pompe à feu alimentée dans l'intérieur avec du bois de pin.

Cette maquette (Société Archéologique de Bordeaux, dépôt au musée de la Marine de Bordeaux) représente selon toute vraisemblance la "Garonne n.2" lancée aux chantiers Chaigneau et Bichon à Lormont en 1824.

"Mais songez-y, voyageurs, quelques jours suffisent pour voir Bordeaux.
Si vous voulez remonter aujourd'hui la Garonne, hâtez-vous, car le moment du départ approche...
Ecoutez... l'heure sonne, les fourneaux s'allument, la machine fonctionne, la vapeur s'élève, tourbillonne, la cloche tinte, les passagers accourent, les amis s'embrassent, les parents pleurent, les jeunes gens chantent, les enfants crient, les matelots jurent ; ... tumulte général! confusion! c'est étonnant!
Adieux, saluts, regrets, sourires et promesses sont échangées de part et d'autre...
Mais le capitaine donne l'ordre du départ, on pousse au large, le navire s'ébranle, les adieux plus bruyants se renouvelllent, les retardataires accourent essoufflés, s'élancent et se cramponnent aux sabords.
A bord, les maris cherchent leurs femmes, les femmes leurs enfants ; on examine les passagers, les spectateurs groupés sur la rade ; puis vogue la galère, à la garde de Dieu."


in Stendhal, Voyage dans le midi de la France, Le Divan, Paris 1930.