Une île surgie des flots

La tempête de 1999 avait fait disparaitre la petite île de Croute devant Bourg sur Gironde
La tempête Klaus de janvier 2009 a fait, elle, surgir une île devant Cordouan !

Univers sans cesse en mouvement, combat entre terre et eaux

Cet îlot marin de 4 hectares a émergé au printemps dernier non loin du phare de Cordouan...
Voir sur le site du conservatoire l'article .pdf
sur la naissance et l'évolution des iles de l'estuaire

 

                                                     « Cette île est un peu la fille de l'ouragan Klaus, mais elle est avant tout le symbole que l'estuaire de la Gironde est bien un estuaire vivant, le dernier et le plus grand estuaire sauvage d'Europe occidentale » se réjouit Jean-Marc Thirion, le directeur de l'association Objectif Biodiversités.
Il vient de cartographier un îlot marin situé à l'entrée de l'estuaire de la Gironde, mais qui ne figure jusqu'alors sur aucune carte marine. Et pour cause : il n'a réellement émergé qu'au printemps dernier !
« Un banc de sable existe ici depuis une dizaine d'années, sur le plateau rocheux au nord-ouest du phare de Cordouan. Il s'est détaché du Banc de la Mauvaise et il s'est accroché au plateau rocheux.
L'ouragan Klaus a accéléré le phénomène et maintenant on peut dire que c'est une île puisqu'on a déjà une végétation typique de haut de plage et même sur un secteur particulier des plantes de ce que l'on appelle la dune embryonnaire.
Cela veut dire que le processus de fixation du sable est enclenché et qu'une dune est en train de naître » analyse Jean-Marc Thirion.

Ce naturaliste est ravi d'assister ainsi en direct à un phénomène aussi rare que cette naissance d'une île.
« Nous avons établi l'état zéro. Nous observons la colonisation de l'îlot par les espèces vivantes, la mise en place des chaînes alimentaires. Nous avons répertorié et mesuré l'ensemble de l'île, déterminé sa position exacte. Le centre est situé à 2,4 ms au nord-ouest du phare de Cordouan, 9,5 kms du port de Royan, et 7,7 kms de la pointe de Grave, au Verdon. Elle fait 4 ha et le banc de sable qui l'entoure peut découvrir jusqu'à 100 hectares à marée basse » détaille Jean-Marc Thirion.

Pendant l'été, l'île a aussi fait le bonheur des plaisanciers.
« Ça devient un peu Cordouan-Plage et c'est regrettable » déplore Jean-Pierre Vignes, vice-président de l'association de Sauvegarde du Phare de Cordouan. Des fêtards y ont même organisé une grande soirée en septembre dernier.
Mais pour Jean-Marc Thirion et Bernard Giraud, adjoint chargé de l'environnement à la mairie de Royan , l'île doit aussi et surtout devenir le symbole du futur parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde, protégé par Cordouan, le roi des phares qui fêtera l'an prochain ses 400 ans. Source La Dépêche.fr du 16/10/2009 - article Pierre Sauvey, photo DDM, PS (retouchée)